Page d'accueil
Haut de page

               [26.05.2018 à Strasbourg] Chants grégoriens et d'Hidegarde de Bingen, polyphonie médiévale : église Saint-Maurice, place Arnold (avenue de la Forêt-Noire), 20h30 ; entrée libre

Passé

Année 2003 (1)

L'année 2003, pour l'Ensemble Trecanum, a été dominée par deux grands évènements : un voyage en Pologne au printemps, et une route musicale sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle en été. A quoi s'ajoutèrent de nombreuses autres manifestations en France, en Allemagne et en Suisse.

11 & 12 janvier : concerts de Noël

à Sarre-Union, à l'église St Georges, dont le chœur gothique date de la fin du Moyen-Age ;
à Colmar, à la très belle collégiale gothique St Martin, située au cœur du vieux Colmar.

Le 15 février à Sélestat, à l'église romane Ste Foy, l'Ensemble Trecanum inaugurait son cycle de concerts sur le thème "Visions de Lumière".

Le 30 avril à Neuwiller-lès-Saverne, à l'ancienne Collégiale St Adelphe, du XIIème siècle, qui fait face dans ce village alsacien à l'abbatiale St Pierre et St Paul, mieux connue, et qui fut le chœur d'une prestigieuse abbaye bénédictine au Moyen-Age.

du 29 mai au 1er juin : tournée en direction de la Pologne, avec 3 concerts :

à l'église de Salmbach (Alsace du Nord)

à Poznan, dans l'église franciscaine, magnifique édifice baroque, située au cœur de la vieille ville

à Warszawa, dans l'église Sw Marcina (St Martin), également au centre de la vieille ville, à quelques pas de la cathédrale.

Du 3 juillet au 9 août : "Sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle"

Saint Jacques
le 3 juillet, concert à Strasbourg (église St Maurice) ;

puis du 25 juillet au 9 août : concerts et participation à des messes dans plusieurs étapes importantes de cet itinéraire prestigieux :

l'abbaye Sainte Foy de Conques, un ensemble extraordinaire et prestigieux où l'art roman atteint sa perfection, qui laisse admirer entre autres son célèbre tympan (à droite). C'était la première étape hors de Strasbourg du périple de l'Ensemble Trecanum, sur l'un des quatre principales voies du pélerinage de Saint-Jacques. Occupée aujourd'hui par des Prémontrés de Mondaye qui assurent l'accueil des pélerins, c'est une des étapes les plus fréquentées : en été notamment, il y a beaucoup de monde. Le concert eut lieu dans une abbatiale comble.
Conques

Oloron-Sainte-Marie, la cathédrale Ste Marie (XIIème siècle) de cette belle petite ville au pied des Pyrénées est une étape sur l'un des chemins de St Jacques.

Luzaide-ko (Valcarlos) : dans ce village basque situé près du Col de Roncevaux, en Navarre espagnole : l'Ensemble Trecanum participait à la messe de la Fête patronale de St Jacques.

Burgos, à l'église San Gil : un magnifique sanctuaire gothique, l'un des meilleurs exemples de ce style dans cette ville. Dans le chœur se trouve un rétable gothique de Gil de Siloe (fin du XVème siècle)

Burgos

Il était impensable de quitter Burgos sans faire le pélerinage à l'Abbaye Royale de Las Huelgas : assister à la messe conventuelle, chanter quelques pièces grégoriennes pour les moniales cisterciennes réunies dans la salle du chapître ainsi que, bien entendu, des extraits du célèbre manuscrit de ... Las Huelgas, et enfin effectuer une visite guidée complète de l'abbaye. Ce qui fut pour les membres de l'Ensemble une immense joie.

Las Huelgas

Santiago de Compostela : le concert avait lieu à l'église baroque San Miguel dos Agros. Le but du voyage était atteint dès le 27 juillet pour des raisons liées au calendrier des manifestations dans cette ville, particulièrement chargé à cette époque. Et avant de continuer le périple, il n'était évidemment pas question de quitter Santiago sans passer par la cathédrale et le tombeau de l'apôtre, ni de manquer la messe des pélerins, qui est un moment particulièrement émouvant dans un lieu lui-même émouvant.

Muros : une petite excursion vers les lumineux paysages de la côte sauvage de Galice, avec un concert à la collégiale Santa Maria avant de reprendre le chemin de Santiago et d'en parcourir les principales étapes dans le sens du retour.

Villafranca del Bierzo, à l'église St Jacques : un petit sanctuaire roman à une seule nef datant de la fin XIIème siècle. Il présente la particularité d'avoir une "porte du pardon", qui, au Moyen-Âge, permettait aux pélerins épuisés et incapables de continuer leur chemin jusqu'à son terme, d'obtenir le pardon et les mêmes grâces spirituelles qu'à Compostelle même.

Villafranca
Villafranca

Au pied des montagnes séparant le León de la Galice, la ville de Villafranca fut repeuplée au XIème siècle par des français, en un moment où le pélerinage attirait des foules de chrétiens de toute l'Europe. Ce furent d'ailleurs probablement des moines de Cluny qui plantèrent les premières vignes de cette région, au XIIIe siècle, et des écrits de l'époque mentionnent les vignobles "del Borgoñón"

León, dans l'église des bénédictines, située au cœur de l'ancienne capitale du royaume de Castille et León, célèbre par sa merveilleuse cathédrale de style français et ses vitraux médiévaux, ainsi que par son "Panthéon Royal", véritable joyau d'art roman.

Arcenillas, près de Zamora, ce qui constituait une étape à l'extérieur du "camino frances".